L'article du mois : Que venons-nous faire en Loge ? ... Janvier 2015

Chers Frères, chères Sœurs, chers amis, chers internautes.

Au-delà des convictions politiques et des religions, les évènements tragiques que nous avons vécus en France, les 7 et 9 janvier 2015 nous affectent tous en tant qu'être humain. Au-delà de la liberté d'expression qui reste une question discutée,  soumise aux circonstances et aux différentes cultures dans le monde, c'est le principe même de la vie qui a été atteint. La déshumanisation de l'autre est la base de toute barbarie.

Liberté-Egalité-Fraternité sont inscrits aux frontons des monuments publics en France. Elles sont enseignées par la Franc-Maçonnerie depuis sa fondation. Respect de l'autre et reconnaissance mutuelle sont les bases de l'Ordre. Nous ne pouvons pas restés sans réaction quand nos valeurs sont attaquées. Il est plus que jamais nécessaire de s'interroger sur l'une des phrases rituéliques les plus fondamentales "Que venez-vous faire en Loge ?".

La Loge est le lieu spirituel où se vit la vérité du parcours. C'est en elle seule que se trouve la réponse à cette question. Le chemin est personnel, mais le passage du "je" au "nous" est l'un des desseins initiatiques que la Franc-Maçonnerie opère. En reliant les Maçons à elle, elle les relie aussi entre eux, construisant ainsi ce que nous appelons une Fraternité.

Les motivations qui conduisent à frapper à la porte du Temple sont nombreuses. La question est posée au candidat désireux de recevoir l'enseignement multi séculaires de l'Ordre, mais il est très rare qu'il connaisse véritablement le fond de ses intentions. Dans le cadre d'une cérémonie, cette question prend une dimension particulière. Directe et déstabilisante,  l'interpellation conduit l'impétrant à une remise en cause de ses certitudes.

Il y a quelques jours, lors d'une interview relative à mon activité profane d'avocat, une journaliste de presse écrite m'a demandé quels étaient les motifs qui m'avaient conduit à adhérer à la Franc-Maçonnerie. Cette question, posée hors contexte, n'était pas innocente. Son intention était de faire la démonstration que parmi la diversité des raisons évoquées, l'intérêt socio-professionnel occupait en fait une place prépondérante. Bien que je lui fisse remarquer qu'il n'était pas étonnant que des personnes exerçant une profession liée à la Justice soient attirées par un Ordre qui s'interroge sur son sens et sur celui de la "Vérité", elle argumentait, à l'appui de plusieurs exemples, que là était la motivation première de la plupart des Maçons.

L'insistance de mon interlocutrice me renvoya à un exercice d'introspection qui m'a toujours paru indispensable pour clarifier les motivations devant les décisions à prendre. L'aveuglement personnel étant un piège posé par l'ego dans le chemin spirituel. Le doute doit être permanent; non le doute sur la Vérité et l'Initiation, mais le doute sur nos capacités à les recevoir et l'authenticité de notre démarche qu'il faut préserver à tout prix. Je sollicitais ma mémoire en égrenant mes divers engagements associatifs tels que la Jeune Chambre Economique, le Kiwanis Club et le Rotary. Les buts de ces groupes sont connus, ils s'inscrivent dans une autre logique. Respectables en eux-mêmes, ils ne suffisaient pas à répondre à la quête de sens que les épreuves de la vie avaient introduit dans mon esprit. Je me suis alors tourné vers la "spiritualité" et j'ai sollicité mon admission dans une Loge maçonnique.

L'expérience que j'ai pu acquérir me conduit à penser que toute question est une forme que prend la réponse pour se manifester. Le chemin initiatique du Maçon ou de la Maçonne est un questionnement permanent sur la motivation, la voie à suivre, le comportement avec les autres et avec soi-même, les valeurs à défendre et surtout à incarner.  Ces différents éléments doivent être tenus ensemble pour progresser réellement. Que serait une motivation qui ne serait pas contenue dans un cadre qui lui permette d'exister ? Que serait un chemin qui n'a pas de but sinon une idolâtrie de soi-même ? Que vaudrait un parcours initiatique qui ne trouve aucun écho, aucune application dans la vie de tous les jours ? Tout cela ne serait que lettre morte !

La Franc-Maçonnerie est une école de vie  qui donne à chacun des moyens de perfectionnement, aux seules conditions de la sincérité et de l'engagement. La Lumière dont nous nous revendiquons ne nous modifie pas par une simple cérémonie. Elle nous éclaire afin que nous nous connaissions progressivement et entreprenions le "travail" de transformation intérieure.

L'initiation conduit vers la connaissance et la liberté. La liberté dont il est question n'est pas celle de l'assouvissement de tous les désirs, elle procède de la domination de nos passions par la connaissance.  Dans un mouvement circulaire, la connaissance nous rend libre et la liberté nous permet d'aller plus avant dans la connaissance.

Chers Frères, chères Sœurs, chers amis, recevez mes vœux de santé et de prospérité pour vous et ceux qui vous sont chers.

François Stifani